L'Eau-forte est "Refuge pour le gecko vert de Manapany" (Phelsuma Inexpectata). Ce lézard endémique est très menacé et très rare sauf autour du bassin de Manapany et particulièrement à l'Eau-forte! Vous pourrez les observer à loisir! comme ces clients qui ont posté une vidéo sur YouTube: le lezard sous la varangue

pour plus d'informations sur le lézard vert de Manapany:
association Nature Océan

Les environs de l'Eau-forte...

L’Eau-forte, meublé de tourisme **, se trouve dans un écart de la commune de Saint-Joseph, à Manapany-les-Bains qui, avec sa petite église, son école et son épicerie chinoise, ressemble à un village. Un très beau point de vue, sur la route nationale 2, permet de découvrir la baie de Manapany. Les toits des cases (maisons) enfouies dans la verdure épousent la courbe parfaite de la promenade qui longe la baie, à l’extrémité gauche de laquelle se niche un bassin de baignade protégé des assauts de l’océan par de gros galets sombres. 

 

Le bassin de Manapany
La plage, un mouchoir de poche, descend doucement vers un mélange d’eau de mer et d’eau douce. Il y a aussi des gradins pour s’asseoir face à la mer et regarder les vagues et les baigneurs. Tôt le matin les pêcheurs s’installent sur les rochers et lancent leurs lignes au-dessus des flots. 

 

Le dimanche, jour de rendez-vous des familles avec marmailles (enfants), le bassin s’anime jusqu’au soir tard. Tout le monde profite de l’ombre des immenses caoutchoucs qui n’en finissent pas de laisser tomber leurs racines aériennes.

 

Le four à chaux ou Grand Cap
(à droite en sortant du chemin de l’Eau-forte)

 

Le spectacle des flots qui éclatent sur les rochers déchiquetés est d’autant plus beau et impressionnant les jours de forte houle. D’étranges sculptures d’animaux ou de visages de profil se découpent entre ciel et mer. Chaque déferlante fait surgir son propre feu d’artifice de gerbes blanches et moussantes qui retombent dans les failles des rochers. Les filaos plient sous les vents. Les embruns mouillent le visage des promeneurs. Seule la vieille cheminée de l’ancien four à chaux paraît à l’abri de ce déchaînement. Ces jours-là vous ne verrez pas de pêcheurs debout sur les falaises. Vous ne verrez que la beauté et la force de l’océan et vous vous enivrerez de senteurs marines.

 

La plage de Grand’Anse
(à quelques kilomètres de Manapany)

 

La plus belle plage du Sud. Marcher à la lisière des vagues, les courants sont bien trop dangereux pour se baigner en dehors du bassin, même quand l’océan semble calme. S’allonger à l’ombre de ses somptueux cocotiers caressés par les vents marins ou dans le sable blanc sous le soleil brûlant. Observer, avec un masque de plongée, les poissons tropicaux multicolores qui nagent dans l’eau claire et s’enfuient au creux des coraux. Regarder l’océan en se laissant bercer par ses grondements.

 

Le dimanche on retrouve le folklore des piques niques (grosses marmites, chaises, tables pliantes, bâches bleues) et les familles disséminées sur les pelouses. Des airs de fête, cris, chants, ségas, maloyas, enfants qui courent et s’amusent dans tous les coins. 

 

Le Sud Sauvage:

(à proximité)

la rivière Langevin et ses cascades

La plaine des grègues et le curcuma

Le cap méchant, Saint-Philippe et le brûlé...